• 258644 visits
  • 303 articles
  • 2581 hearts
  • 885 comments

Article CCXXII : Le baiser (« Come to me… ») 19/11/2013

Play the video




Qui pourrait m'aider ?
Qui pourrait sauver mon âme ?
Je m'en fous, je voudrais te donner un baiser
Je veux te donner
Je veux te donner un baiser
Laisse-moi passer, effleurer mes doigts sur toi
Come to me

On va s'embrasser et nos lèvres
Vont se purifier
Tu me donnes un baiser et nos langues
Vont juste s'emmêler
Et ta peau se mouilla, elle aura comme un goût,
Un goût de lait
Je te respire
Sur ton sourire
Le baiser que tu m'as donné pour t'aimer
Je t'aime comme un fou
Come to me
Come to me
Come to me

Seuls tous les deux, on restera attachés
Comme un adieu
J'envie de te caresser, j'ai envie de ton baiser
Nos lèvres vont se mouiller et nos cheveux vont s'emmêler
À ton sourire effrayé, oh oh oh corrige-moi mes fautes
Embrasse-moi
Come to me
Le baiser pour rester rien que nous deux
Pour s'aimer et s'embrasser
Come to me
Come to me
Come to me

Paroles : Nicola Sirkis.
Musique : Dominique Nicolas.






______

LE BAISER d'Indochine, ouverture de l'album du même nom (1990 BMG).

Article CCXXI : Hells bells 18/11/2013

Play the video




I'm rolling thunder pouring rain
I'm coming on like a hurricane
My lightning's flashing across the sky
You're only young but you're gonna die
I won't take no prisoners won't spare no lives
Nobody's putting up a fight
I got my bell I'm gonna take you to hell
I'm gonna get ya Satan get ya

Hells bells, hells bells
Hells bells, you got me ringing
Hells bells, my temperature's high
Hells bells

I'll give you black sensations up and down your spine
If you're into evil you're a friend of mine
See the white light flashing as I split the night
Cos if good's on the left then I'm sticking to the right
I won't take no prisoners won't spare no lives
Nobody's puttin' up a fight
I got my bell I'm gonna take you to hell
I'm gonna get ya satan get ya

Hells bells, hells bells
Hells bells, you got me ringing
Hells bells, my temperature's high
Hells bells

Hells bells, Satan' coming to you
Hells bells, he's ringing them now

Those hells bells, my temperature's high
Hells bells, across the sky
Hells bells, they're taking you down
Hells bells, they're dragging you down
Hells bells, gonna split the night
Hells bells, there's no way to fight
Hells bells

Paroles : Brian Johnson.
Musique : Angus et Malcolm Young.






______

HELLS BELLS d'AC/DC, ouverture de l'album BACK IN BLACK (1980 Atlantic).

Article CCXX : Ton ombre 16/11/2013





Le ciel est pâle
Serait-il mort ?
L'envie n'est plus là
Mais il faut encore
Dormir ! Sans limite
Maudire lorsque tu me quittes

Et puis ton absence se fait plus longue
Lorsque je ne vois plus ton ombre
Et ta voix me manque quand ta chanson
Ne me vient plus, oh comme une bombe


Haute est la montagne
Où je te pleurerai
Haute est la montagne
Où je m'empalerai
Haïr ! Oui sans fin
Trahir le destin

Et puis ton absence se fait plus longue
Lorsque je ne vois plus ton ombre
Et ta voix me manque quand ta chanson
Ne me vient plus, oh comme une bombe


Haute est la montagne
Où je te pleurerai !
Haute est la montagne
Où je m'empalerai

Et puis ton absence se fait plus longue
Lorsque je ne vois plus ton ombre
Et ta voix me manque quand ta chanson
Ne me vient plus, oh comme une bombe

Et puis ton absence se fait plus longue
Lorsque je ne vois plus ton ombre
Et ta voix me manque quand ta chanson
Ne me vient plus, oh comme une bombe


Paroles : Adrien Balboa.






______

Paroles : Adrien Balboa (juin 2009).

Article CCXIX : Escape plan 15/11/2013





Leur unique scène dans EXPENDABLES : UNITÉ SPÉCIALE (1) qui se déroule dans une chapelle était pour moi un rêve de gosse. Les voir dézinguer dans tous les sens dans la suite (2) était à mes yeux un bonus (et un plaisir) délirant, mais cette fois c'est du très lourd, puisqu'ils jouent les deux personnages principaux d'ÉVASION (3), sorti dans nos cinémas cette semaine. Je parle bien entendu de Sylvester Stallone et d'Arnold Schwarzenegger...
Ray Breslin (Sly) est un ingénieur spécialisé dans la conception de prisons ultrasécurisées dont il teste lui-même l'efficacité de ces bâtiments en se faisant enfermer afin de mieux s'évader. Contacté par une société privée souhaitant tester un concept révolutionnaire de prison high-tech, il se retrouve donc prisonnier. Piégé dans ce complexe ultramoderne, harcelé par un personnel aussi pourri et impitoyable jusqu'à l'os que son directeur (Jim Caviezel), il découvre une conspiration pour le faire disparaître à jamais.
Sa seule chance de survie : s'allier avec Emil Rottmayer (Schwarzy), un codétenu ayant lui aussi un secret. Pour avoir une chance de s'évader, ils vont d'abord devoir se faire confiance...
Le scénario est complet, cette prison d'un nouveau genre est impressionnante, il y a quelques plans sublimes et le fait de voir ces deux vétérans du cinéma d'action ensemble ajoute un plus, même si le film de gros bourrin que l'on aurait pu imaginer est en fait un thriller hautement divertissant dont le gros de l'action se déroule dans la dernière partie qui est, elle, un moment de malade.
Ce n'est pas le film de l'année, ni le plus grand film de Sly ou de Schwarzy, mais ÉVASION (au passage, qui peut bien être celui ou celle qui a eu la mauvaise idée de mettre un titre français aussi ridicule alors que l'original avait de la gueule ?!) apporte de très bons moments, à tel point que même une dizaine de minutes après la séance qui se déroulait à l'UGC de la rive gauche de Rouen, j'en étais encore dingue.
 
 
 
 


_______
 
1 = THE EXPENDABLES, avec, écrit et réalisé par Sylvester Stallone, avec également Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Randy Couture, Eric Roberts, Mickey Rourke, David Zayas, Terry Crews, Steve Austin, Charisma Carpenter, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, écrit aussi par Dave Callaham (2009 Nu Image Films / Millennium Films).
 
2 = THE EXPENDABLES 2, réalisé par Simon West, avec et écrit par Sylvester Stallone, avec également Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Randy Couture, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Terry Crews, Liam Hemsworth, Charisma Carpenter, écrit aussi par Dave Callaham, Ken Kaufman, David Agosto et Richard Wenk (2011 Nu Image Films / Millennium Films).
 
3 = ESCAPE PLAN, réalisé par Mikael Hafstrom, avec Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Jim Caviezel, Sam Neill, 50 Cent, Vincent D'Onofrio, Amy Ryan, écrit par Jason Keller et Miles Chapman (2012 Summit Entertainment / Emmett - Furla Films / Envision Entertainment / Atmosphere Entertainment MM LLC).

Article CCXVIII : The lord of the rings : the return of the King (by Peter Jackson) 13/11/2013





Toutes les bonnes choses ont un jour une fin. C'est comme ça.
En décembre 2001, LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (1) marquait le cinéma par son innovation, son univers complet, riche et sa réussite tant artistique que commerciale. Un an après, LE DEUX TOURS (2) poursuivait sur cette lancée, avec un côté plus noir et plus spectaculaire, mais aussi une réussite au box-office encore plus importante que le premier opus.
La fin de la trilogie adaptée de Tolkien (3), LE RETOUR DU ROI (4), est prévue pour une sortie mondiale le 17 décembre 2003. Le rendez-vous était bien entendu pris à l'avance par les fans, les cinéphiles et les curieux.
Cet ultime chapitre débute avec l'armée de Sauron qui a attaqué la capitale de Gondor. Jamais ce royaume à la puissance passée n'a eu autant besoin de son roi. Mais Aragorn trouvera-t-il en lui la volonté d'accomplir sa destinée ?
Tandis que Gandalf s'efforce de soutenir les forces brisées de Gondor, Théoden exhorte les guerriers de Rohan à se joindre au combat. Mais malgré leur courage et leur loyauté, les forces des hommes ne sont pas de taille à lutter contre les innombrables légions d'ennemis qui s'abattent sur le royaume...
Malgré les pertes multiples, la Communauté se jette dans la bataille pour la Vie, ses membres faisant tout pour détourner l'attention de Sauron afin de donner à Frodon une chance d'accomplir sa quête. Voyageant à travers les terres ennemies, ce dernier doit se reposer sur Sam mais aussi sur Gollum (!), tandis que l'Anneau continue de le tenter, de le ronger...
Peter Jackson apporte la dernière pierre à son édifice : son SEIGNEUR DES ANNEAUX est définitivement une œuvre cinématographique mythique et magistrale de notre époque.
Ce final se révèle quasiment intouchable. Il dure 3 heures 21 (et 4 heures 11 pour sa version intégrale), mais qu'importe, c'est ici la dernière bataille pour la paix dans ce monde et la destruction de l'Anneau, le « précieux ». LE RETOUR DU ROI est épique, démesuré, spectaculaire, époustouflant, presque aussi sombre que le précédent et légèrement éprouvant, tant on baigne encore le plus profondément possible dans cette histoire. On ne peut regretter le déplacement.
Le public ne s'y est pas trompé, LE RETOUR DU ROI fait encore plus fort que ses prédécesseurs puisque ses recettes au box-office dépassent le milliard de dollars ! Il devient donc le film le plus vu au cinéma en 2003 mais aussi actuellement le septième plus grand succès cinématographique de l'Histoire. Et pour encore en rajouter, cet épilogue de la trilogie de Peter Jackson récolte 11 oscars (sur 11 nominations !) le soir du 29 février 2004, récompensant à la fois le film mais aussi cette saga toute entière.






______

1 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (THE LORD OF THE RINGS : THE FELLOWSHIP OF THE RING), écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Sean Bean, Dominic Monaghan, Billy Boyd, Ian Holm, écrit également par Philippa Boyens et Frances Walsh d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 4 OSCARS (MEILLEURE MUSIQUE DE FILM POUR HOWARD SHORE, MEILLEURE PHOTOGRAPHIE POUR ANDREW LESNIE, MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, RANDAL WILLIAM COOK, RICHARD TAYLOR ET MARK STETSON), MEILLEUR MAQUILLAGE POUR PETER OWEN ET RICHARD TAYLOR) ET PRIX HUGO DU MEILLEUR FILM POUR LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU EN 2002.

2 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS (THE LORD OF THE RINGS : THE TWO TOWERS), écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Dominic Monaghan, Billy Boyd, Bernard Hill, Miranda Otto, Sean Bean (version longue), écrit également par Philippa Boyens, Frances Walsh et Stephen Sinclair d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 2 OSCARS (MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, JOE LETTERI, RANDALL WILLIAM COOK ET ALEX FUNKE, MEILLEUR MONTAGE DE SON POUR ETHAN VAN DER RYN ET MIKE HOPKINS) POUR LES DEUX TOURS EN 2003.

3 = LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (THE FELLOWSHIP OF THE RING), LES DEUX TOURS (THE TWO TOWERS) & LE RETOUR DU ROI (THE RETURN OF THE KING) - (1954 & 1955).

4 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI (THE LORD OF THE RINGS : THE RETURN OF THE KING), écrits et réalisés par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Ian Holm, Dominic Monaghan, Billy Boyd, écrit également par Philippa Boyens et Frances Walsh d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 11 OSCARS (MEILLEUR FILM, MEILLEUR RÉALISATEUR, MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ, MEILLEURE MUSIQUE DE FILM POUR HOWARD SHORE, MEILLEURE CHANSON ORIGINALE POUR ANNIE LENNOX ET HOWARD SHORE, MEILLEURE DIRECTION ARTISTIQUE POUR GRANT MAJOR, DAN HENNAH ET ALAN LEE, MEILLEURS COSTUMES POUR NGILA DICKSON ET RICHARD TAYLOR, MEILLEUS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, JOE LETTERI, RANDALL WILLIAM COOK ET ALEX FUNKE, MEILLEUR MONTAGE POUR JAMIE SELKIRK, MEILLEUR MAQUILLAGE POUR RICHARD TAYLOR ET PETER KING ET MEILLEUR MIXAGE DE SON POUR CHRISTOPHER BOYES, MICHAEL SEMANICK, MICHAEL HEDGES ET HAMMOND PEEK) PUIS PRIX HUGO DU MEILLEUR FILM POUR LE RETOUR DU ROI EN 2004.

Article CCXVII : The lord of the rings : the two towers (by Peter Jackson) 12/11/2013





« Mon précieux... »


 
De 2001 à 2003, le mois de décembre au cinéma sera celui de Peter Jackson. Après le raz-de-marée de l'innovante COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (1) avec ses plus de 870 millions de dollars de recettes mais aussi son engouement tant public que critique, sa suite, LES DEUX TOURS (2), est attendue comme un événement majeur en cette fin d'année.
Alors que sa sortie, une nouvelle fois mondiale, est prévue pour les 18 et 19 décembre 2002 et que le premier opus continue son beau parcours, la première bande-annonce est dévoilée dès la fin du mois de mars. L'engouement est tel qu'on dira même au début du mois de décembre que des copies pirates sont disponibles à la vente en Asie (Bangkok, Shanghai...).
Après la mort de Boromir (Sean Bean) et la disparition de Gandalf, la Communauté est séparée en trois groupes. Perdus dans les collines d'Emyn Muil, Frodon et Sam (Sean Astin) découvrent qu'ils sont suivis par Gollum (Andy Serkis), une créature versatile et profondément immonde, corrompue par l'Anneau, qui leur promet de les conduire jusqu'à la Porte Noire du Mordor.
À travers la Terre du Milieu, Aragorn (Viggo Mortensen), Legolas (Orlando Bloom) et Gimli (John Rhys-Davies) font route vers le Rohan, le royaume assiégé de Theoden (Bernard Hill). Cet ancien grand roi, manipulé par l'espion de Saroumane (Christopher Lee), le sinistre Langue de Serpent, est désormais tombé sous la coupe du malfaisant Magicien. Edwyn (Miranda Otto), la nièce du Roi, reconnaît en Aragorn un meneur d'hommes.
Entre-temps, les Hobbits Merry et Pippin (Dominic Monaghan et Billy Boyd), prisonniers des Uruk-hai, se sont échappés et ont découvert dans la mystérieuse Forêt de Fangorn un allié inattendu : Sylvebarbe, gardien des arbres, représentant d'un ancien peuple végétal dont Saroumane a décimé la forêt...
Au vu des DEUX TOURS, on peut remarquer que Peter Jackson continue sur sa lancée. Très rythmé, efficace mais aussi plus sombre et plus dur que le premier volet (tout ce que j'aime...) tout en restant aussi spectaculaire et grandiose puis respectant l'histoire le plus possible que LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU.
Avec des combats d'un niveau plus au-dessus (et dont la bataille finale est d'une beauté remarquable, on en est complètement embarqué), cette suite nous guide encore agréablement vers le déroulement de son histoire, dont on a de plus en plus envie de connaître la fin. Ou plutôt, de la voir. Parmi les points forts de ce long nous avons également le personnage surréaliste de Gollum, s'imposant comme l'une des « bêtes » les plus effroyables mais aussi les plus tristes du cinéma. Ce dernier aurait même pu avoir sa place dans des films d'horreur à l'ère du muet. Il impose aussi son interprète, Andy Serkis, qui obtient ici le rôle de sa vie en prêtant sa voix, sa gestuelle et ses expressions au personnage dont la présence est due à des effets visuels de WETA DIGITAL (qui est d'ailleurs un studio de post-production de Peter Jackson).
LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU aura lui bénéficié d'un budget de 94 millions de dollars. Il en récoltera plus de 925 millions de recettes, sera le film de plus rentable de l'année 2002 et de nos jours n'est pas loin du top 20 des plus gros succès de l'histoire du septième art...






______

1 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (THE LORD OF THE RINGS : THE FELLOWSHIP OF THE RING), écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Sean Bean, Ian Holm, Dominic Monaghan, Billy Boyd, écrit également par Philippa Boyens et Frances Walsh d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 4 OSCARS (MEILLEURE MUSIQUE DE FILM POUR HOWARD SHORE, MEILLEURE PHOTOGRAPHIE POUR ANDREW LESNIE, MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, RANDAL WILLIAM COOK, RICHARD TAYLOR ET MARK STETSON), MEILLEUR MAQUILLAGE POUR PETER OWEN ET RICHARD TAYLOR) ET PRIX HUGO DU MEILLEUR FILM POUR LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU EN 2002.

2 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS (THE LORD OF THE RINGS : THE TWO TOWERS), écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Dominic Monaghan, Billy Boyd, Bernard Hill, Miranda Otto, Sean Bean (version longue), écrit également par Philippa Boyens, Frances Walsh et Stephen Sinclair d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 2 OSCARS (MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, JOE LETTERI, RANDALL WILLIAM COOK ET ALEX FUNKE, MEILLEUR MONTAGE DE SON POUR ETHAN VAN DER RYN ET MIKE HOPKINS) POUR LES DEUX TOURS EN 2003.

Article CCXVI : The lord of the rings : The fellowship of the ring (by Peter Jackson) 11/11/2013





À exactement un mois de la sortie du très attendu LE HOBBIT : LA DÉSOLATION DE SMAUG (1), dont finalement je consacrerai un article quelques jours après sa sortie, je vous propose ce que j'aurais dû faire il y a un an lorsque LE HOBBIT : UN VOYAGE INNATENDU (2) était enfin visible au cinéma (mais manque de temps...) : trois articles sur la mythique trilogie du SEIGNEUR DES ANNEAUX de Peter Jackson (3), pépite du cinéma actuel ayant marqué le début des années 2000.
Pour Peter Jackson, qui entrera dans la légende du septième art dès le premier épisode de cette saga, l'aventure commence en 1995, lorsqu'il se demande pourquoi aucun cinéaste ou maison de production n'avait pas bossé dessus avant, surtout vu les progrès de l'infographie depuis quelques années - il existe une version animée de plus de deux heures (4) sortie en 1978, mais il vaut mieux l'oublier -. Mais des questions de droits viennent bloquer la préparation. Il faudra attendre 1997 pour que MIRAMAX obtienne ceux-ci pour le projet de Peter Jackson.
À la base, seulement deux films étaient prévus pour adapter cette trilogie littéraire de J. R. R. Tolkien (5), au budget total de 75 millions de dollars. Mais plus d'un an après, en 1998, il faut se rendre à l'évidence : un film par tome est un minimum, et encore, il faudrait que ces films durent tous presque cinq heures pour adapter fidèlement cette œuvre riche. Mais pour MIRAMAX, qui se rend compte qu'il faudrait le double de budget pour seulement deux longs, demande à Jackson de raccourcir radicalement son histoire pour en faire un seul film de deux heures. Mais celui-ci refuse de massacrer son rêve et Harvey Weinstein (alors co-fondateur de MIRAMAX) lui laisse un mois pour trouver un studio qui veut bien racheter les droits du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Nous sommes alors à l'été 1998.
Au dernier moment, la NEW LINE CINEMA est emballée et veut bien mettre l'argent nécessaire pour une trilogie la plus fidèle possible, mais les films devront durer environ trois heures.
Le tournage de cette franchise commence en octobre 1999 pour s'achever en décembre 2000 et se déroule simultanément dans les studios de Wellington et Queenstown puis différents sites naturels de Nouvelle-Zélande, qui deviendront plus tard un lieu de pèlerinage pour les fans ou grands cinéphiles.
Le premier volet, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU, au budget de 93 millions de dollars, connaît une sortie mondiale les 19 et 20 décembre 2001, avec une promotion digne de ce nom. Lors de son exploitation dans les salles, la NEW LINE mais aussi WINGNUT FILMS, la boîte de production de Peter Jackson, peuvent respirer : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU attire à lui tout seul presque 871 millions de dollars de recettes dans le monde...
Mais passons à l'histoire. Frodon Sacquet (Elijah Wood), un jeune et timide Hobbit vivant à la Terre Du Milieu, plus exactement dans la paisible Comté, orphelin depuis son enfance, hérite d'un anneau venant de son oncle Bilbo (Ian Holm) qui le soir de ses 111 ans a décidé de se retirer au pays des Elfes pour y finir ses jours.
Cet anneau peut rendre invisible et encore plus. Il s'agit en fait de l'Anneau Unique, un objet dangereux qui peut permettre au seigneur des ténèbres Sauron de régner sur la Terre du Milieu et de réduire ses habitants en esclavage.
Le légendaire magicien Gandalf le Gris (Ian McKellen), intrigué par l'Anneau, découvre de quoi il s'agit et demande à Frodon de partir avec des hommes de confiance, d'emporter l'Anneau à travers la Terre Du Milieu afin de le détruire à la Crevasse Du Destin, lieu où il a été forgé.
Une quête pareille signifie qu'il faut s'aventurer en Mordor, les terres de Soron, où se trouve son armée d'Orques maléfiques, de combattre les forces du mal en général mais aussi les dissensions internes due à l'influence corruptrice qu'exerce l'Anneau lui-même...
Fantastique au propre comme au figuré. Un univers complet et riche prend forme sous nos yeux. Il n'y a pas à dire, pour beaucoup, lors de la découverte de ce premier SEIGNEUR DES ANNEAUX en décembre 2001, un pas a été franchi. Tout d'abord dans les effets spéciaux qui sont bluffants, une véritable charge d'innovations qui met définitivement le septième art dans le XXIème siècle. Certes, tout le roman n'y est pas, le film ne dure « que » 3 heures 18 (au passage, peut-on encore faire ça de nos jours ?), il y a quelques modifications et ce sera ainsi pour les autres chapitres à venir, mais le résultat est si impressionnant que ce ne sont que des détails.
Quant à Peter Jackson, ici il a tout l'air d'un chef d'orchestre grandiose, assurant le spectacle malgré la machinerie impressionnante et redoutable, racontant son histoire avec une telle fluidité et un tel plaisir qu'on se laisse guider dans ce long époustouflant, ne cherchant pas trop les détails. LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU a autant de côtés drôles que sombres ou touchants. Les acteurs, Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Cate Blanchett ou encore Christopher Lee (qui depuis 1999 est revenu d'une traversée du désert d'au moins 20 ans) en tête, contribuent à cette réussite, interprétant leur rôle comme il faut sans s'écraser mutuellement. Une vraie troupe. Un bon travail. Un grand moment de cinéma.
Je ne dirai pas que le SEIGNEUR DES ANNEAUX de Jackson est une révolution, mais une avancée certaine.






______

1 = THE HOBBIT : THE DESOLATION OF SMAUG, écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage, Evangeline Lilly, Graham McTavish, Aidan Turner, Ken Stott, Cate Blanchett, Orlando Bloom, Ian Holm, Lee Pace, avec la voix (dans la version originale) de Benedict Cumberbatch, écrit également par Philippa Boyens, Frances Walsh et Guillermo Del Toro d'après le roman LE HOBBIT ou BILBO LE HOBBIT (THE HOBBIT, OR THERE AND BACK AGAIN) de J. R. R. Tolkien datant de 1937 (2012 New Line Cinema / MGM / 3 Foot 7 / WingNut Films).

2 = THE HOBBIT : AN UNEXPECTED JOURNEY, écrit et réalisé par Peter Jackson, avec Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage, Andy Serkis, Graham McTavish, Aidan Turner, Ken Stott, Christopher Lee, Cate Blanchett, Elijah Wood, écrit également par Philippa Boyens, Frances Walsh et Guillermo Del Toro d'après le roman LE HOBBIT ou BILBO LE HOBBIT (THE HOBBIT, OR THERE AND BACK AGAIN) de J. R. R. Tolkien datant de 1937 (2012 New Line Cinema / MGM / 3 Foot 7 / WingNut Films).

3 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (THE LORD OF THE RINGS : THE FELLOWSHIP OF THE RING), LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LES DEUX TOURS (THE LORD OF THE RINGS : THE TWO TOWERS) & LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LE RETOUR DU ROI (THE LORD OF THE RINGS : THE RETURN OF THE KING), écrits et réalisés par Peter Jackson, avec Elijah Wood, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Ian McKellen, Sean Astin, Sala Baker, Christopher Lee, Cate Blanchett, Liv Tyler, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Sean Bean (les 1 et 2), Dominic Monaghan, Billy Boyd, Ian Holm (les 1 et 3), écrits également par Philippa Boyens, Frances Walsh et Stephen Sinclair (le 2) d'après les 3 romans des mêmes noms de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (2001 New Line Cinema / WingNut Films). 4 OSCARS (MEILLEURE MUSIQUE DE FILM POUR HOWARD SHORE, MEILLEURE PHOTOGRAPHIE POUR ANDREW LESNIE, MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, RANDAL WILLIAM COOK, RICHARD TAYLOR ET MARK STETSON), MEILLEUR MAQUILLAGE POUR PETER OWEN ET RICHARD TAYLOR) ET PRIX HUGO DU MEILLEUR FILM POUR LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU EN 2002, 2 OSCARS (MEILLEURS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, JOE LETTERI, RANDALL WILLIAM COOK ET ALEX FUNKE, MEILLEUR MONTAGE DE SON POUR ETHAN VAN DER RYN ET MIKE HOPKINS) POUR LES DEUX TOURS EN 2003 ET 11 OSCARS (MEILLEUR FILM, MEILLEUR RÉALISATEUR, MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ, MEILLEURE MUSIQUE DE FILM POUR HOWARD SHORE, MEILLEURE CHANSON ORIGINALE POUR ANNIE LENNOX ET HOWARD SHORE, MEILLEURE DIRECTION ARTISTIQUE POUR GRANT MAJOR, DAN HENNAH ET ALAN LEE, MEILLEURS COSTUMES POUR NGILA DICKSON ET RICHARD TAYLOR, MEILLEUS EFFETS VISUELS POUR JIM RYGIEL, JOE LETTERI, RANDALL WILLIAM COOK ET ALEX FUNKE, MEILLEUR MONTAGE POUR JAMIE SELKIRK, MEILLEUR MAQUILLAGE POUR RICHARD TAYLOR ET PETER KING ET MEILLEUR MIXAGE DE SON POUR CHRISTOPHER BOYES, MICHAEL SEMANICK, MICHAEL HEDGES ET HAMMOND PEEK) PUIS PRIX HUGO DU MEILLEUR FILM POUR LE RETOUR DU ROI EN 2004.

4 = LE SEIGNEUR DES ANNEAUX (J. R. R. TOLKIEN'S THE LORD OF THE RINGS), réalisé par Ralph Bakshi, écrit par Peter S. Beagle et Chris Conkling d'après la trilogie littéraire du même nom de J. R. R. Tolkien datant de 1954 et 1955 (1978 The Saul Zaentz Company / Fantasy Films).

5 = LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU (THE FELLOWSHIP OF THE RING), LES DEUX TOURS (THE TWO TOWERS) & LE RETOUR DU ROI (THE RETURN OF THE KING) - (1954 & 1955).

Article CCXV : Lady Gaga, new Queen Of Pop 05/11/2013

Article CCXV : Lady Gaga, new Queen Of Pop




« Je suis "obsessionnellement" opposée à la normalité. »



Cela fait des mois que je voulais faire cet article. Tout d'abord pour le plaisir d'écrire la phrase « Lady Gaga, new Queen Of Pop » car à mes yeux la madone dont je ne citerai pas le nom d'artiste est complètement dépassée depuis le 18 août 2008, jour où la jeune new-yorkaise Lady Gaga, alors âgée de 22 ans (et de son vrai nom Stefani Germanotta), a sorti son tout premier album, THE FAME (1), fort de titres comme JUST DANCE qui en était le premier single, PAPARAZZI, SUMMERBOY qui est ma préférée de la chanteuse avec MARRY THE NIGHT qui, elle, viendra plus tard (2), ou encore POKER FACE. Et comme nous sommes à même pas une semaine de la sortie de son troisième opus studio, ARTPOP (3), je crois que c'est la bonne occasion pour vous proposer ce LADY GAGA, NEW QUEEN OF POP...
Je ne vous le cache pas et d'ailleurs je pense que vous l'aviez remarqué, chers lecteurs, au début Lady Gaga ce n'était vraiment pas mon truc. Les seuls mérites que je trouvais à cette déjantée hautement (et heureusement) incontrôlable étaient ses textes (surtout PAPARAZZI), le fait qu'elle a dynamité l'univers de la pop et qui vous savez en reprenant les mêmes recettes qu'elle mais avec les moyens actuels. Il y avait également la version de BAD ROMANCE (4) par le jeune guitariste MattRash datant de 2011 (j'ai dû découvrir la version originale que l'année dernière). Et puis Trésor, mon ex, qui est une grande fan m'a fait plonger dedans (vous savez comment sont les femmes) et je suis devenu presque fasciné non par le phénomène mais par tout le travail qu'exige un tel parcours, et bien entendu la durée.
Je me suis donc rendu compte que Lady Gaga était une femme allant presque constamment à 300 à l'heure, encore plus artistique que je ne le pensais, à tel point que presque tous les plans de ses clip symbolisent quelque chose, sans parler des nombreuses références dans ses chansons. En somme je suis devenu fan l'année dernière, bien entendu j'ai écouté tous les disques (même les remixes) et vu le seul DVD live qui existe d'elle, à savoir la captation du MONSTER BALL TOUR, sa seconde tournée donnée du 27 novembre 2009 à Montréal jusqu'au 06 mai 2011 à Mexico et ayant attirée plus de 2,5 millions de spectateurs. Rien que ça.

Article CCXV : Lady Gaga, new Queen Of Pop


Tandis que je prenais pied et voulais rester dans ce bain, Lady Gaga, elle, entamait le début de sa troisième tournée, le BORN THIS WAY BALL, depuis le 27 avril 2012 à Séoul. Cette dernière devait s'achever un an après à Tulsa, mais le 14 février la production annonce l'annulation du reste du BORN THIS WAY BALL car la star d'alors 26 ans doit se faire opérer suite à une déchirure du labrum de la hanche droite, et donc suivre une longue période de repos.
Cependant, ce n'est pas ça qui va l'arrêter. On apprend rapidement qu'elle enregistrera un album de jazz, CHEEK TO CHEEK, avec une légende du genre, Tony Bennett, avec qui elle avait déjà enregistré en duo THE LADY IS A TRAMP (5), mais aussi qu'ARTPOP, le troisième album, sera disponible avant la fin de l'année.
Les mois ont passé et APPLAUSE, le premier single de cet opus tant attendu, est sorti le 12 août. Sur le coup, beaucoup de gens ont été déroutés. En ce qui me concerne, la chanson ne me choque pas du tout (je me la passe pas mal de fois) et les paroles sont impeccables. Quant au clip, mis en ligne une semaine plus tard, je trouve qu'il est très beau, très symbolique (comme presque toujours chez elle) et que c'est tout simplement du pur Gaga.
Le mois suivant, la star aux plus de 23 millions d'albums mais également plus de 64 millions de singles vendus remonte « exceptionnellement » (je mets des guillemets car elle se produira plus tard, fin octobre, dans une boîte gay londonienne où au passage elle finira le concert nue) sur scène (une nouvelle tournée pour 2014 et/ou 2015 n'est toujours pas officialisée) à l'occasion du I-TUNES FESTIVAL à Londres où elle chante en live huit morceaux qui font partie d'ARTPOP : AURA, MANICURE, ARTPOP, JEWELS N' DRUGS, SEXXX DREAMS, SWINE, I WANNA BE WITH YOU et APPLAUSE. Une performance que je n'ai pas suivi en entier pour avoir la surprise lors de la sortie du disque.
Le 07 octobre, la pochette très particulière (pour ne pas dire hideuse) d'ARTPOP est mise en ligne, avant qu'un autre extrait, la version studio d'AURA, soit dévoilé sous forme de lyric vidéo (comme APPLAUSE avant son clip) qui contient des images du film MACHETE KILLS (6) dans lequel elle tient un petit rôle. Pour faire simple, je trouve que le refrain d'AURA n'est pas mal, mais que ses couplets sont dégueulasses.
Deux semaines plus tard, elle dévoile son nouveau single, DO WHAT U WANT, en duo avec R. Kelly, dont la pochette est particulière (la chanteuse nous y dévoile - une nouvelle fois - son fessier). Pour ma part, ce morceau est (très) moyen et semble être un brouillon qui devait à la base figurer dans l'album BORN THIS WAY, son second opus qui date de 2011.
La huitaine suivante, c'est au tour de VENUS d'être dévoilé. J'ai considéré rapidement que ce morceau n'avait pas assez de peps pour prendre toute la dimension qu'il devrait avoir.
Enfin, AURA, DO WHAT U DO et VENUS ne sont que trois chansons parmi une quinzaine, et on en a la preuve avec DOPE, une ballade très émouvante (et quelle voix...) dévoilée il y a deux jours.
Pour l'instant, aucun album de Lady Gaga ne m'a dégoûté dans son ensemble, même si j'ai des préférences pour tel ou tel morceau, comme tout le monde. Nous verrons ce que donnera (et vaudra) ARTPOP lundi...






______

Citation : Lady Gaga.

1 = 2008 Interscope.

2 = Ouverture de l'album BORN THIS WAY (2011 Interscope).

3 = 2013 Interscope.

4 = Ouverture de la réédition THE FAME MONSTER (2009 Interscope).

5 = Ouverture de l'album DUETS II de Tony Bennett, d'après la chanson du même nom datant de 1937 pour la comédie musicale BABES IN ARMS (2011 Sony Music).

6 = Écrit et réalisé par Robert Rodriguez, avec Danny Trejo, Mel Gibson, Charlie Sheen, Jessica Alba, Michelle Rodriguez, Vanessa Hudgens, Tom Savini, Antonio Banderas, Lady Gaga, écrit également par Kyle Ward et Marcel Rodriguez (2012 AR Films / Aldamisa Entertainment / Troublemaker Studios).

Photo : 2009.

« Dans mes rêves, je suis Humphrey Bogart » 03/11/2013



Citation : DANS MES RÊVES (UN MONDE PARFAIT) d'Adrien Balboa (2009).